Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histoires de Bretagne

Un blog d'Erwan Chartier-Le Floch

Lady Mond, la châtelaine de Belle-Isle-en-Terre

Publié le 31 Mars 2017 par ECLF in Histoire de Bretagne

Lady Mond, la châtelaine de Belle-Isle-en-Terre

 

 

 

 

Durant la Belle Epoque, Marie-Louise Le Manac’h a connu un destin peu ordinaire, de Belle-Isle-en-Terre jusqu’aux palaces parisiens et londoniens où elle rencontre Robert Mond, surnommé le roi du nickel. « Maï la Bretonne » devient, en 1920, « Lady Mond », l’un des femmes les plus riches du monde.

Nul n’aurait pu prévoir le destin de la petite Marie-Louise, « Maï », Le Manac’h, née le 6 février 1869 au moulin de Prat-Guéguen, dans la commune de Belle-Isle-en-Terre au sud du Trégor. Elle est la sixième enfant d’une fratrie qui en comptera dix et la seule fille. De quoi forger un caractère qui se révèlera bien trempé... A la maison, on ne parle que breton et la petite Maï apprend le français à l’école des filles où elle est bien notée. Son père est meunier, la famille est modeste, mais ils s’entendent bien avec le propriétaire du moulin qui propose à Maï, en juin 1885, de visiter Paris. La jeune fille découvre la ville lumière et assiste aux funérailles nationales de Victor Hugo.

 

La Bohême de Paris à Londres

Maï Manac’h est une adolescente que les garçons remarquent, mais que ses origines modestes empêchent de décrocher un beau parti. En 1886, elle disparaît et quitte les rives du Léguer pour Guingamp et Saint-Brieuc, où elle aurait travaillé à l’hôtel de la Croix rouge. Rapidement, elle rejoint Paris où elle semble vivre une vie de Bohême, fréquentant les artistes de Montparnasse et des milieux parfois interlopes. Ces années restent mystérieuses. On sait qu’elle est inculpée, en 1893, pour outrage à la pudeur. On l’accuse de s’être exhibée, nue, au restaurant Lemardelay.

Quelques temps plus tard, Maï s’installe à Londres où elle épouse un marchand de fruits et légumes, Simon Guggenheim lui-même d’origine alsacienne. Il décède de maladie en décembre 1900.

 

Maîtresse d’un duc

Depuis son installation à Londres, Maï semble avoir une vie mondaine assez remplie, mais une rencontre va la faire rentrer dans le « grand monde ». En 1900, à l’hôtel Savoy, la jeune veuve est présentée à l’infant d’Espagne, Antoine d’Orléans, du de Galliéra. Dépensier et volage, ce prince est séparé de sa femme, Eulalie d’Espagne qui a demandé le divorce. Il tombe amoureux de la jeune bretonne et va en faire sa maîtresse jusqu’en 1906. Le couple mène grand train entre Londres, Paris et Séville. Elle rencontre en audience privée le pape Pie X.

Leur relation amoureuse s’étale au grand, mais le naturel revient au galop et Antoine d’Orléans finit par se lasser et tromper la jolie Bretonne. Furieuse d’être éconduite, Maï lui casse plusieurs dents d’un coup d’ombrelle !

 

Le roi du nickel

Revenue vivre à Londres, Maï Manac’h fait la connaissance, en 1910, de Robert Mond. Surnommé le « roi du nickel », il a découvert un nouveau procédé pour produire ce métal. Il emploie des milliers de personnes en Grande-Bretagne, au Canada et dans le monde. Il est aussi collectionneur d’art, égyptologue et mécène. Il tombe amoureux de Maï qu’il épouse en 1922.

Cette liaison fait de Maï l’une des femmes les plus fortunées du monde ! Le couple mène dès lors une vie mondaine des deux côtés de la Manche. Comme nombre de Britanniques, ils achètent une résidence à Dinard, le château du Bec, dans l’embouchure de la Rance. En 1928, son nom est bretonnisé en « Castel-Mond », décoré de toiles de Rembrandt, Watteau et de nombreux chefs-d’œuvre. Ils en font leur résidence principale, mais partagent également une partie de leur temps avec Belle-Isle-en-Terre.

 

Retour en Trégor

Robert Mond offre en effet le château de Coat-an-Noz à sa femme pour ses soixante ans, une superbe demeure avec tout le confort moderne. Lady Mond revient volontiers au pays. Elle encourage l’un de ses frères à se faire élire maire de Belle-Isle. Elle finance la construction de nombreux bâtiments publics, comme une nouvelle mairie, une poste, un haras, la salle des fêtes.

Lady Mond se montre très généreuse pour son pays d’origine. Elle apporte son soutien a de nombreuses initiatives culturelles et exprime un fort attachement à ses racines bretonnes. Elle devient ainsi membre du Gorsed de Bretagne avec titre de « bardesse d’honneur » et fréquente de nombreux intellectuels bretons. De son adolescence, elle a également conservé le goût pour le gouren et la lutte bretonne. Le château de Coat-an-Noz accueille des tournois dans les années 1930 et elle siège, avec son frère, Job Manac’h, au bureau de la Falsab, la fédération des jeux athlétiques bretons.

Elevé au titre de chevalier en 1932, sir Robert Mond décède en 1938, laissant un joli héritage à sa veuve. En raison de ses liens avec la Grande-Bretagne, Lady Mond est inquiétée par les Allemands qui réquisitionnent Coat-an-Noz et Castel-Mond à Dinard. C’est dans son château du bourg de Belle-Isle qu’elle s’installe alors et où prendra fin son étonnante destinée, le 21 novembre 1949.

 

 

Toujours présente à Belle-Isle

Issue d’une famille de meuniers, Maï Manac’h aura vécu une vie parmi les princes sans oublier d’où elle venait… Devenue très riche, elle ne délaisse pas Belle-Isle où plusieurs lieux conservent son souvenir. Longtemps abandonné, son château de Coat-an-Noz, près du joli bourg de Loc Envel, est en cours de restauration. En 1932, pour se rapprocher des siens, elle demande à l’architecte Hénar de Saint-Malo de bâtir un château de granit dans le bourg de Belle-Isle. Il comporte quatre niveaux, avec douze fenêtres pour chacun d’entre eux. Mais, une fois construit, elle s’aperçoit qu’il est trop proche de la route et cache la mairie. Elle le fait donc reconstruire… dix mètres plus loin. En 1932 toujours, elle fait raser le moulin Toulquer, dernière résidence de ses parents, pour y construire le pavillon Mond, devenu aujourd’hui la mairie et la salle des fêtes. A côté de la chapelle de Locmaria, les Mond font bâtir une chapelle personnelle, disposant d’une crypte d’inspiration égyptienne et décorée de marbres de carrare. Elle constitue le mausolée de Lady Mond où elle repose dans un tombeau de granit rose.

 

 

Pour en savoir plus :

Pierre Delestre, La Vie fabuleuse de Lady Monde, Maï la Bretonne, Spézet, Coop Breizh, 1988.

Yannick Kervern, Coat-an-Noz, Lady Mond, le rêve d’une Belle-Isloise, 2016 (Srlmond.association@laposte.net ).

 

 

 

Commenter cet article

sauveur 15/06/2017 11:44

GRAND MAITRE DU RETOUR AFFECTIF whap : 0022996367459 / mail:sauveurguy@gmail.com

Bonsoir Mme, Mr
Moi je me nomme Grand voyant marabout said ce qui signifie la solution a vos problème dans 7 jour, Je suis grand maître said du retour affectif , héréditaire de mon père très puissant donc pas de soucis à ce faire, voici un peux ce que je fais comme travaille de rituels:

Rituel pour devenir attirant(e)
Rituel pour reprendre avec son ex
Rituel pour en finir avec l'infidélité
Rituel pour stopper la jalousie
Rituel pour éloigner les rivales (ou rivaux)
Rituel contre la jalousie matérielle
Rituel pour stopper la malchance
Rituel pour attirer l'argent
Rituel pour réussir son avenir amoureux
Si vous, voulez vous faire aimer ou si votre ami vous a quitté je peux le ou la faire revenir dans 7 jours. Il, elle va courir derrière vous comme un chien derrière son maître. Amour durable. chance aux jeux, dés envoûtement, fidélité,
Impuissance sexuelle, maladie inconnue, même cas désespérés. , travail
Efficace et rapide.
100% de réussite garanti.
Voici mes coordonnées.
tel: 0022996367459
whap : 0022996367459
NB: pas sériex ne par me repondre
Merci
mail:sauveurguy@gmail.com