Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histoires de Bretagne

Un blog d'Erwan Chartier-Le Floch

Les Coatanlem, une dynastie maritime

Publié le 26 Décembre 2013 par ECLF in Histoire de Bretagne

belem.jpg

 

 

Originaires de Morlaix, les Coatanlem ont marqué l’histoire maritime de la Bretagne à la fin du Moyen Âge. L’aîné, Jean, s’est fait connaître par ses exploits de corsaire audacieux. Nicolas, le neveu, a mené une carrière d’armateur et de négociant dans la cité des deux rivières, alors en plein essor.

Jehan de Coatanlem, l’un des plus fameux corsaires bretons, serait né en 1455 au manoir de Keraudy, en Plouézoc’h. Il est sans doute issu d’une famille qui s’est enrichi dans le commerce des crées, ces toiles de lin que la Bretagne commence à exporter dans toute l’Europe au XVe siècle. Morlaix s’enrichit et se développe alors grâce au lin. Peut-être originaires du Léon ou du Trégor, les Coatanlem semblent bien implantés dans la petite noblesse du pays.

 

Un jeune marin aventureux

En 1475, on retrouve le jeune Jehan de Coatanlem au service du roi de Louis XI qui lui prête deux cents livres pour acheter une vieille nef espagnole et la convertir en navire corsaire. Le roi de France est alors en conflit plus ou moins ouvert avec le duc de Bretagne, même après la fin de la ligue du Bien Public qui avait vu, jusque 1468, Bourguignons et Bretons mettre en difficulté le roi de France.

Ayant reconquis la Normandie, Louis XI arme des corsaires et les autorise à piller les navires anglais ou flamands dans la Manche. Coatanlem s’enrichit rapidement et peut fonder une société d’armement de six navires. Armateur et capitaine, il navigue près des côtes bretonnes, ce qui gène le duc de Bretagne alors en bons termes avec l’Angleterre. Son navire principal est la Cuiller, naviguant en flotte avec d’autres corsaires et des barques.

 

Le sac de Bristol

En 1484, les commerçants de Bristol envoient trois navires contre lui, à Morlaix. Au terme d’un combat de six heures, Coatanlem les défait. En représailles, l’escadre de Coatanlem traverse la Manche et met Bristol à sac, prenant plusieurs notables en otage. L’exploit fait grand bruit, mais gène le duc de Bretagne. Le sac est considéré comme un acte de piraterie et Jehan de Coatanlem doit s’exiler plutôt que d’indemniser ses victimes.

 

Amiral du Portugal

L’audacieux Jehan de Coatanlem part alors se mettre au service du roi du Portugal, Jean II qui, dès 1484 prépare la formidable expansion maritime de son pays. Dès cette année-là, lorsque Coatanlem arrive sur les rives du Tage, les Portugais ont reconnu l’embouchure du Congo et les côtes de Namibie. Le capitaine breton semble d’abord avoir été employé contre les barbaresques du Maghreb, afin de protéger les navires portugais contournant le Maroc vers les comptoirs africains. Coatanlem semble aussi avoir dirigé ou coordonné plusieurs expéditions. La légende dit que les marins du Breton seraient même parvenus jusqu’en Amérique, avant Christophe Colomb. La chose n’est pas impossible, une bonne partie des expéditions menées par les Portugais à l’époque étant restées secrètes. Jehan de Coatanlem meurt dans son palais de Lisbonne en 1492, avec le prestigieux titre de « Gouverneur de la mer ».

 

Un neveu corsaire

Jehan de Coatanlem n’est pas le seul marin célèbre de la famille. Né en 1460 à Morlaix, il se fait également corsaire et armateur. Lors de la guerre contre le roi de France, il vient en aide au duc François II assiégé dans Nantes. Avec le Quimpérois Michel Marion, il arme une flotte et brise le blocus français.

Quelque temps après la défaite des armées bretonnes et le mariage d’Anne de Bretagne à Charles VIII, Nicolas Coatanlem va se retrouver impliqué dans un complot visant à restaurer la souveraineté de la Bretagne. Il met aux prises des anciens membres du « parti français », dont le vicomte de Rohan qui estimait n’avoir pas été suffisamment récompensé et des partisans de l’indépendance, comme Pierre Le Pennec, ancien maître des requêtes du duc François II. Le complot est soutenu par Henri VII d’Angleterre. Une flotte de six mille Anglais doit débarquer en Bretagne. Elle doit s’emparer de Brest et Morlaix – où est solidement établi Nicolas Coatanlem – et appuyer les révoltés bretons pour placer le vicomte de Rohan sur le trône ducal. Mais Henri VII ne tient pas ses promesses. Le complot est démasqué. Coatanlem est emprisonné puis est libéré quelque temps plus tard. Charles VIII préfère jouer l’apaisement et concède, le 7 juillet 1492, d’importants droits au duché, notamment celui de ne payer que les impôts consentis par les États de Bretagne.

Nicolas de Coatanlem poursuit sa carrière de financier et de négociant à Morlaix. Il étend ses affaires vers Penmarc’h et Paimpol. En 1500, la reine Anne de Bretagne fait appel à lui pour construire le célèbre navire La Cordelière. Il meurt à Morlaix en 1518.

Erwan Chartier-Le Floch

 

Pour en savoir plus :

Collectif, Toute l’histoire de Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2012.

Armel de Wismes, Corsaires et marins bretons, Fouesnant, Yoran Embanner, 2010.

Daniel Appriou, Marins et marines de Bretagne, Spézet, Coop Breizh, 2013.

Commenter cet article